Programme de réduction des émissions de gaz hilarant issues de la fertilisation à l’azote

Des additifs à engrais permettent de réduire la nitri­fi­cation de l'azote dans le sol et les émissions de gaz hilarant.

Numéro de programme OFEV 0151
Empla­cement du Programme toute la Suisse
Titu­laire du programme First Climate
Urs Brodmann
Quantité de réduc­tions d'émissions
(en tonnes de CO₂e)
Attendues jusqu'en 2030: 75'894
Déjà déli­vrées jusqu'en 2018: 5'063
Etat d'avancement du programme Enre­gistré auprès de l'OFEV: 29.09.2016
Mise en service: 01.10.2016
Numéro de programme OFEV
0151
Emplacement du Programme
toute la Suisse
Titulaire du programme
First Climate
Quantité de réductions d'émissions
(en tonnes de CO₂e)

Attendues jusqu'en 2030: 75'894
Déjà délivrées jusqu'en 2018: 5'063
Etat d'avancement du programme
Enregistré auprès de l'OFEV: 29.09.2016
Mise en service: 01.10.2016

En bref

A côté des émissions de méthane des rumi­nants, les émissions de gaz hilarant provenant de la conversion d'azote dans le sol sont la deuxième source d'émissions de gaz à effet de serre dues à l'agriculture en Suisse.

Le gaz hilarant résulte après l’apport d’engrais en tant que produit secon­daire de la trans­for­mation bacté­rienne d’azote de sa forme d’ammonium vers sa forme de nitrate (nitri­fi­cation), ainsi que lors du processus contraire de déni­tri­fi­cation. Environ deux tiers des émissions de gaz hilarant s’échappent ainsi direc­tement des sols agricoles. Le reste résulte indi­rec­tement d’azote qui se perd sous forme d’ammo­niaque et de nitrate.

Un levier important de la limi­tation de ces émissions est la réduction des déper­di­tions d’azote en prove­nance de sols agricoles. Il existe à cet effet de nombreuses mesures, souvent regroupées sous le terme géné­rique de «bonnes pratiques agricoles».

Une deuxième approche consiste à stabi­liser l’azote dans sa forme d’ammonium au moyen d’additifs spéciaux pour les engrais et le lisier. Il existe sur le marché diffé­rents types de tels «inhi­bi­teurs de nitri­fi­cation». Cependant, leur coût élevé empêche leur utili­sation à grande échelle, que ce soit en Suisse ou plus largement en Europe. Le programme vise à baisser le prix de vente des inhi­bi­teurs de nitri­fi­cation et à favo­riser ainsi leur utili­sation à plus grande échelle.

Contri­bution de la Fondation KliK

La Fondation a fait avancer le déve­lop­pement d'approches métho­diques au moyen d'études de faisa­bilité. Ceci a fourni les bases pour convenir des moda­lités d'encou­ra­gement avec le titu­laire du programme. La rému­né­ration des réduc­tions d'émissions attestées par l'OFEV permet de réduire de manière substan­tielle le prix des produits.

Liste des participants (projets)

Le programme s’adresse
aux entreprises

Plateforme Entreprises