Transports

Programmes dans le domaine

Mobilité hydrogène

Faire fonctionner les véhicules utilitaires lourds et les bus avec de l’hydrogène vert

La Fondation KliK soutient la mobilité à l’hydrogène

Avec près d’un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre (hors trafic aérien et maritime international, état 2023), le secteur des transports est l’un des principaux émetteurs de CO₂ en Suisse. Alors que les voitures de tourisme neuves et les véhicules utilitaires légers (VUL) sont soumis à des prescriptions en matière d’émissions de CO₂ et que les propulsions alternatives augmentent, les véhicules utilitaires lourds (VUL) et les bus fonctionnent aujourd’hui presque exclusivement avec des énergies fossiles: en 2020, la part des énergies fossiles était de 99,9 % pour les FNS (99,1 % de diesel, 0,5 % d’essence, 0,3 % de gaz naturel) et de 99 % pour les bus (97 % de diesel et 2 % de gaz naturel).

Le passage à l’hydrogène, produit à partir de sources renouvelables et à l’aide d’énergies renouvelables – appelé «hydrogène vert» – est, avec les moteurs électriques à batterie, une étape importante vers la décarbonisation du secteur des transports. Actuellement (état novembre 2023), il existe en Suisse deux installations d’électrolyse de 2 MW pour la production d’hydrogène, 15 stations-service d’hydrogène et un réseau d’acteurs tout au long de la chaîne de création de valeur via la production, la distribution et la consommation, qui font avancer l’économie de l’hydrogène en Suisse. Malgré de nombreuses initiatives, le développement de la mobilité H2 est globalement stagnant et les entraves au marché dominent.

Avec deux programmes distincts, la fondation KliK soutient l’utilisation d’une part de véhicules utilitaires lourds fonctionnant à l’hydrogène vert et, d’autre part, de bus à hydrogène dans les transports publics et touristiques.

Programme H2-Bus

Programme H2-VUL